Dans les pas de Robert

05 septembre 2019

Ne pas aller sur Mars

Fin septembre 2016 s'est tenu au Mexique le congrès international d’aéronautique (IAC), évènement au cours duquel Elon Musk a pu dévoiler au grand public les détails de son vaisseau spatial capable d’emmener 100 personnes pour un voyage de six mois vers la planète Mars. Ce vaisseau, au nom de code « Interplanetary Transport System », entend être la caravelle de l’espace, le véhicule emblématique de la colonisation humaine de l’astre rouge, la condition sine qua none de l’éclosion du système économique Terre-Mars, et plus largement la clef de la survie de l’humanité, du moins selon l’évangile muskien. Ce projet de colonisation humaine de Mars, c’est l’obsession d’Elon Musk. Et il n’est pas seul. Musk explique à qui veut l’entendre qu’Homo sapiens doit devenir une espèce multi-planétaire si elle souhaite survivre à long terme, que Mars en est la première et inévitable étape, et qu’il faut donc s’y installer de façon permanente dès que possible. Musk ne blague pas, il a annoncé qu’il comptait envoyer sa première mission humaine vers Mars dès 2024. Tandis qu’on pouvait penser jusque-là que l’exploration humaine de l’espace, vu son coût, ne pouvait qu’être le fait d’une poignée d’états, Musk entend ainsi tout bonnement vouloir brûler la priorité à l’agence spatiale américaine, l’illustre NASA, dont l’objectif affiché à date est de fouler Mars dans les années 2030-2040. Il est tentant de s’extasier face au génie d’un homme qui entend prendre à son compte le destin de l’humanité et qui nous invite à suivre une aventure cosmique et humaine qui s’annonce palpitante. Un homme dont les accomplissements professionnels avec Paypal, puis Tesla et SpaceX nous font dire que si quelqu’un est bien capable de donner vie à une vision aussi ambitieuse s’il en est, c’est bien lui, Elon Musk! L’enthousiasme contagieux autour du plan muskien pourrait bien gagner le grand public suite à l'annonce de fin septembre 2016, propagé par la presse internationale qui n'a pas manqué de s’en faire l’écho. C’est dans le contexte de cette ruée vers Mars que je souhaite humblement partager une voix dissonante et dénoncer la vaste supercherie qui se met ainsi doucement en place. En neuf chapitres, je vais m’atteler à expliquer pourquoi il ne faut surtout pas que l’Homme aille sur Mars, et pourquoi tous les objectifs invoqués pour y aller soit sont infondés, soit peuvent être satisfaits plus simplement. Ce site est riche en détails expliquant mes positions, et j'ai aussi eu l'opportunité de pouvoir publier des tribunes dans la presse grand public qui reprennent en version beaucoup plus courte l'essentiel de mon propos. Ces tribunes constituent une bonne entrée en matière pour ceux qui s'intéressent au sujet : Dans l'Express Pourquoi Elon Musk ne doit pas envoyer l'Homme sur Mars (oct 2016), article mis en une du journal et repartagé plus de 1000 fois. Dans le Huffington Post en France, au Québec et au Maroc (oct 2016) Sur Contrepoints.org Pourquoi Elon Musk ne doit pas lancer sa fusée vers Mars (oct 2017) Dans SpaceTechAsia, le journal en ligne de référence sur l'industrie spatiale en Asie-Pacifique: Why we shouldn’t send humans to Mars (fév 2018) Ce site a également été recommandé par Xavier de La Porte, rédacteur en chef de Rue 89 et chroniqueur sur France Culture (écouter à 2:05 ici sur France Culture et lire ici sur Rue 89). Voici la liste des chapitres à suivre: Introduction : Pourquoi envoyer l’Homme sur Mars ? Les 5 principales raisons le plus souvent avancées (lien) Pourquoi envoyer l’Homme sur Mars au nom de la science est une hérésie : pourquoi le risque de contamination irréversible de la planète Mars en cas de mission habitée est bien trop élevé, et pourquoi toute contamination ruinerait notre chance unique de l’étudier proprement (lien) Présentation et réfutation des trois principales objections des partisans d’une mission humaine sur Mars face au risque de contamination (lien) Envoyer l’Homme sur Mars déroge a priori au Traité de l’Espace (lien) Faut-il renoncer pour autant à explorer Mars ? Non, dites bonjour à la télé-robotique ! (lien) Pourquoi il n’est pas fondé d’envoyer l’Homme sur Mars pour relever un défi technologique, pour fonder une nouvelle civilisation, ou par soif d’aventure et de spectacle (lien) Pourquoi il n’est ni nécessaire ni suffisant d’envoyer l’Homme sur Mars pour garantir la survie de l’humanité (lien) Conclusion : Aucune raison rationnelle d’envoyer l’Homme sur Mars, mais une très bonne (la science) de laisser la planète à nos robots. (lien) Et pour aller plus loin : On va re-marcher sur la Lune !

Posté par roblaurent à 08:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 juin 2019

Réduire les coûts d'exploitation des avions de combat

Les opérateurs militaires américains et européens de l'avion de combat F-35 à capacité d'évitement radar ont convenu de collaborer plus étroitement pour réduire les coûts d'exploitation des nouveaux avions de guerre. Les frais de fonctionnement ont été un gros problème lorsque des hauts responsables militaires des États-Unis, d'Israël et des pays utilisateurs des F-35 en Europe - Grande-Bretagne, Italie, Norvège, Danemark, Turquie, Pays-Bas - se sont rencontrés en Allemagne la semaine dernière. «Nous avons discuté de l'importance de veiller à ce que les coûts futurs, en particulier pour le maintien en puissance, soient réduits au minimum afin de réduire les achats futurs», a déclaré le colonel Leslie Hauck de l'armée américaine. Le siège de l'US Air Force en Europe, a déclaré à Reuters. Le général David Goldfein, chef d'état-major de l'armée de l'air américaine, a lancé cette année un effort important pour faire baisser les coûts de vol et de maintenance des avions Lockheed Martin Corp Selon des experts, l'armée de l'air - le plus gros acheteur du F-35 - pourrait réduire ses achats prévus de 1 763 avions, à moins que cela ne réduise le coût de l'avion de chasse le plus avancé au monde. Le dernier rapport d'acquisition du programme, établi par le Pentagone, établit le coût par heure de vol du F-35 à environ 30 000 dollars par heure de vol en 2012, contre environ 25 500 dollars par heure pour un chasseur F-16 plus ancien. Les variations du coût du carburant pourraient augmenter cette somme en dollars corrigés de l'inflation. Le coût d'achat de nouveaux avions a baissé et devrait atteindre 80 millions de dollars par avion d'ici 2020, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires pour réduire les coûts d'exploitation des avions, a déclaré Hauck. Il a déclaré que l'armée de l'air voulait réduire ses coûts de fonctionnement de 38%. Il a indiqué que les chefs d'équipage des pays utilisateurs avaient discuté de la question lors du Royal International Air Tattoo, le plus grand salon aéronautique au monde, en Angleterre, en juillet. Le bureau du programme F-35 du Pentagone a déclaré la semaine dernière qu'il compilerait et distribuerait des informations des utilisateurs sur les procédures de maintenance, les besoins en personnel et d'autres paramètres clés. «Nous pouvons faire certaines choses avec notre groupe. Mais il n'existe pas un bon mécanisme pour partager les leçons apprises », a déclaré Hauck, notant que son bureau s'attachait également aux utilisateurs de F-35 en Asie - Japon, Australie et Corée du Sud - pour leur contribution. Les alliés auront ensemble 64 F-35 en Europe d'ici 2019 et 550 d'ici 2034, a déclaré le général Tod Wolters, chef des forces aériennes américaines et de l'OTAN en Europe, lors de la réunion de la semaine dernière. Les premiers F-35 américains devraient arriver en 2021. Pour plus d'informations, allez sur le site de ce de baptême en L-39 à La Roche sur Yon et retrouvez toutes les infos.

Posté par roblaurent à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2019

Quand les multinationales attaquent les Etats

Le film documentaire « Quand les multinationales attaquent les États » - en Replay intégral, Diffusé le Mardi 11 décembre 2018 à 22h30 sur ARTE. À travers trois affaires significatives, un décryptage édifiant du pouvoir des tribunaux d’arbitrage internationaux, qui menacent de faire prévaloir les profits des multinationales sur l’intérêt général. À l’automne 2016, des millions d’Européens descendent dans la rue pour protester contre le Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada. Son rejet par la Wallonie, par la voix de son ministre-président Paul Magnette, plonge alors l’UE dans une grave crise et place les tribunaux d’arbitrage sous le feu des projecteurs - et des critiques. Ce dispositif, prévu dans le cadre de nombreux accords commerciaux internationaux, permet à des multinationales d’attaquer les États devant des juges privés - des avocats d’affaires -, afin de réclamer la compensation d’un manque à gagner réel ou potentiel induit par un changement de législation. En 2016, Cosigo Resources Ltd. a ainsi déposé une demande d’arbitrage contre la Colombie : en classant "parc naturel national" un territoire amazonien sacré, Bogotá a annulé la concession minière de la compagnie canadienne, laquelle estime son préjudice à 16 milliards de dollars, soit environ 20 % du budget national colombien... "L’arbitrage est un système profondément défaillant. Il n’est pas juste, pas indépendant, et il est loin d’être équilibré", assène le professeur de droit canadien Gus Van Harten. De la Colombie à l’Allemagne en passant par le Pérou, aux prises avec la multinationale Renco, dont la fonderie de plomb de La Oroya (la "Tchernobyl des Andes") crache des fumées toxiques qui empoisonnent les enfants, Laure Delesalle (La dette, une spirale infernale ?) a enquêté dans les arcanes de cette justice opaque, au pouvoir démesuré. Créé par les États, dans l’objectif d’attirer des investisseurs, ce système fragilise leur capacité à légiférer sur l’environnement, la santé, les conditions de travail, le tout au détriment des citoyens, qui seront en outre amenés à payer l’addition... Telecharger ou Revoir Le film documentaire « Quand les multinationales attaquent les États », Vidéo disponible en intégralité, en Replay ou Streaming intégral Gratuitement sur 9docu. Le film documentaire « Quand les multinationales attaquent les États », Vidéo en Rediffusion du Mardi 11 décembre 2018, disponible en streaming replay. Voir ou regarder Le film documentaire « Quand les multinationales attaquent les États ».

Posté par roblaurent à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2019

Les accélérations d'une F1

Je suis tombé très tôt dans la marmite de la vitesse. Quand je partais en vacances, la question de savoir si nous allions à la plage ou la montagne m'intéressait très peu. Non, ce qui me faisait rêver, c'était le fait de prendre le TGV. Et cette flamme n'a jamais faibli. Dernièrement, par exemple, j'ai effectué un baptême de F1 sur le circuit de Magny Cours, une expérience de dingue où le pilote a passé la barre des 300 km/h ! Cette sortie extraordinaire m'a encouragé à reconnaître ce que j'aimais tant dans la vitesse. En fait, je suis convaincu que cet émerveillement a à voir avec l'idée d'espace. Cette vitesse concourt à mettre à taille humaine un monde démesuré. Le Concorde offrait la possibilité de passer de Paris à New York en trois heures et demi ; c'était en quelque sorte un pont invisible faisant d'un continent lointain un voisin proche. Cette vitesse relie les hommes. Et cela change tout. Cette notion de vitesse est tout à fait un pivot dans l'évolution humaine. Une fois que la voiture a fait son apparition, les gens ont vu leur vie changer : ils ont  brusquement pu flâner sur de plus grandes distances, visiter des endroits qui leur étaient autrefois difficiles, du seul fait qu'y aller aurait pris un temps fou. Le web participe du même principe, en rendant les échanges plus rapides que le courrier traditionnel. Le progrès réduit en permanence les distances à une miniature. Et ça a une incidence positive sur notre échelle de pensée. Nous ne pensons plus seulement à ce que nous avons sous les yeux, nous réfléchissons plus grand, et nous regardons même désormais vers le ciel. Pour peu que l'on regarde iTélé tous les jours, on en deviendrait cynique. Mais c'est une chimère : parce qu'en vérité, ça va de mieux en mieux ; seulement, les injustices qui existent depuis toujours sont à présent couverts par les médias.Quoi qu'il en soit, si vous êtes comme moi un fan de vitesse, vous devriez vraiment essayer ce baptême en F1 : c'est assez stupéfiant, les sensations qu'on peut avoir à bord ! Je vous mets en lien le site par lequel je suis passé pour ce baptême à Magny Cours. Retrouvez toutes les infos sur expérience de stage Formule 1 en suivant le lien.

f1-10

Posté par roblaurent à 11:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2019

Le nouveau climat bancaire en Europe

Le plus grand gestionnaire de fonds du monde a un avertissement sévère: plus de dix ans après la crise financière mondiale, les banques européennes sont toujours confrontées à un chemin de redressement long et sinueux. "L'Europe traverse actuellement une transition douloureuse", a déclaré Philipp Hildebrand, vice-président de BlackRock Inc., à la télévision sur Bloomberg. "Je pense que cela impliquera des changements significatifs dans le mode de fonctionnement des banques, dans leurs modèles commerciaux, et cela prendra du temps." Jusque-là, a-t-il déclaré, les investisseurs vont probablement rester clairs. Le fait que les institutions financières de la région, y compris certaines des plus grandes, soient en plein déclin, est une source de grave préoccupation - et pas seulement pour leurs actionnaires et leurs obligataires. L'Europe compte beaucoup sur ses prêteurs pour alimenter sa croissance. Les banques fournissent environ les trois quarts des financements aux entreprises et les neuf dixièmes des crédits aux ménages. Aux États-Unis, les entreprises dépendent des marchés financiers - vendant des obligations et des actions - pour la majeure partie de leur financement. En effet, une partie de la pression exercée sur Deutsche Bank AG et La Commerzbank AG à envisager une fusion est venue de secteurs du gouvernement allemand qui souhaitent ardemment un champion financier national en bonne santé pour aider à accélérer la croissance en baisse du pays. Mais il n’ya pas de solution facile. Les deux banques se débattent avec leurs propres réformes et, même si elles parviennent à gérer les dizaines de milliers de suppressions d’emplois susceptibles de résulter d’un mariage, il n’est pas clair qu’une entité plus grande serait beaucoup plus forte. L’expansion économique ayant croulé non seulement en Allemagne, mais également sur tout le continent européen, le temps est peut-être venu pour les banques de se soigner elles-mêmes. Une autre récession compliquerait leurs revirements. Des bilans fragiles et une rentabilité modeste sont au cœur des difficultés. De nombreuses banques sont encore à peine capables de couvrir leur coût en fonds propres, c’est-à-dire ce que les investisseurs recherchent pour compenser le risque perçu par les entreprises. Nulle part ce manque de confiance n'est plus visible que dans les évaluations d'actions. Depuis janvier 2018, lorsque les actions ont atteint leur plus haut niveau en deux ans, le L'indice de référence STOXX 600 Banks des prix de référence a chuté d'environ 26%. Les banques européennes ne valent que le quart de leur valeur maximale atteinte en 2007. À titre de comparaison, les banques américaines ont rebondi après l’abîme et, au début de 2018, elles avaient récupéré la quasi-totalité de leurs pertes après la crise, leurs bénéfices ayant atteint un record l’année dernière. Mesurée par le rendement des capitaux propres, la rentabilité s’élève à environ 9,5% en Europe. Aux États-Unis, il est plus proche de 12%. Les banques européennes ont renforcé leurs bilans, libéré des actifs toxiques et se sont repliées dans leurs activités principales et dans les zones géographiques après les menaces qui pèsent sur leur survie, provoquées par la crise financière et les crises de la dette souveraine qui ont suivi. Encouragés par une réglementation plus stricte, ils ont également adopté des pratiques de prêt et de trading plus prudentes. Mais les investisseurs ne tiennent pas compte de cela. Les banques négocient en moyenne 20% de moins que leur valeur comptable, avec un écart considérable qui fait que certaines des plus grandes entreprises - vous, la Deutsche Bank - négocient à des escomptes de 75%. pour cent. En revanche, les banques américaines sont nettement plus valorisées par les investisseurs, avec une prime de 40% par rapport à leur valeur comptable, selon Bloomberg Intelligence.

Posté par roblaurent à 16:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 février 2019

Conférence Media de Geneve

La semaine dernière, j'ai suivi un séminaire où j'ai pu jeter un oeil à certains contenus de marque produits par les marques. Et en me penchant sur leur travail, j'ai été stupéfait de noter à quel point certaines marques n'ont pas saisi les bases du brand content : la majorité des contenus exposés était effectivement pas le moindre intérêt, et ces contenus étaient certainement promis à être des plantages en bonne et due forme. Ces marques, dont certaines de dimension internationale) n'ont clairement pas compris que dans le champ du brand content, la qualité éditoriale est la condition première de la réussite. Elle ne suffit pas toujours, mais elle est en tout cas essentielle. Il faudrait vraiment que ces marques perçoivent que sur le secteur particulièrement saturé des contenus, les contenus mis en avant par les marques ne se contentent pas d'être en compétition avec les contenus des autres marques : les contenus de marque font face à la somme des contenus disponibles, ce qui inclut ceux qui sont proposés par les médias classiques. La cible visée ont le choix entre regarder regarder une mini-série de marque ou le dernier ?lm à gros budget, sont libres de regarder un live de Céline Dion ou le making of d'un challenge sponsorisé par Adidas. En fin de compte, les marques doivent procurer des contenus d'excellente facture, et elles ne rencontrent pas toujours la réussite. Les contenus sont déjà en nombre, pour quelle raison les spectateurs iraient-ils s'exposer à des contenus de marques ? Ainsi, seul un très grand degré de satiété amène le bouche-à-oreille. Les contenus évalués comme sans valeur ajoutée sont destinés à disparaître dans l’impressionnant champ ahurissant des contenus livrés chaque jour et qui passent inaperçus, comme tous ces livres proposés à la rentrée et font un bide. Les marques lors de ce congrès n'ont manifestement pas pris acte de cette obligation de valeur ajoutée. Et cette dernière est d'autant plus essentielle que beaucoup de gens ne considère pas que la fabrication de contenu par les marques aille de pair, ni qu'elles aient la légitimité d'en proposer. Il leur faut donc s'employer à convaincre, et la qualité du contenu est la meilleure preuve de la légitimité de celui qui le propose. Néanmoins , si la situation d'exclusion ponctue les paramètres adéquats de l'affaire alors l'effort prioritaire a pour conséquence les avenirs relationnels des employés. Nous devons garder en tête que la crise programme les groupements analytiques de l'affaire. A lire sur le site internet de l'Agence Séminaire à Genève.

Posté par roblaurent à 15:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

Les échecs de Theresa May

Il est possible d'avoir des clarifications supplémentaires", a affirmé, vendredi 14 décembre, Theresa May lors d'une conférence de presse. La Première ministre a fait preuve d'optimisme quant à ses chances de renégocier les modalités du Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Cependant, dans les faits, le sommet avec les membres de l'UE fut parfois électrique entre la dirigeante britannique et les 27, ces derniers ayant refusé toutes concessions. À l'issue de la rencontre, l'une des images qui restera de ce conseil européen, est celle d'un échange tendu filmé entre Theresa May et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ravivant le souvenir douloureux d'un sommet raté à Salzbourg en septembre. "J'ai eu une discussion musclée", a confirmé la Première ministre devant la presse. "C'est le genre de discussion que vous pouvez avoir quand vous avez développé une relation de travail", a-t-elle tenté de minimiser. La veille, Jean-Claude Juncker s'était montré ouvertement agacé par les nouvelles "assurances" demandées par la dirigeante conservatrice sur la mise en œuvre de leur accord de divorce. Il avait même regretté, devant la presse, un débat devenu "nébuleux" autour du Brexit, un mot qui n'a pas plu à Theresa May. Mauvaise ambiance L'ambiance était "très mauvaise" lors de la discussion à huis clos, la veille, entre Mme May et ses homologues, a confié à l'AFP une source diplomatique. "Theresa May a été incapable de formuler ce qu'elle voulait" et elle a été régulièrement interrompue par la chancelière allemande, Angela Merkel, qui lui demandait ce qu'elle attendait exactement, a expliqué cette source. Une autre source a décrit la dirigeante britannique "comme à côté de la plaque". Elle "a parlé de l'esprit de Noël pour rallier les soutiens" au Parlement britannique, "mais sans pouvoir dire comment, ni les quantifier". En face, les dirigeants de l'UE étaient "incrédules, médusés", selon un participant à la réunion. Dans les "conclusions" écrites du sommet, les 27 se sont contentés de reformuler ce qui figurait dans le traité de divorce sur le "backstop", la solution imaginée pour empêcher le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord. Mais ils ont renoncé à ajouter un passage, un temps envisagé, où ils auraient évoqué la possibilité "de nouvelles assurances" pouvant être offertes ultérieurement. Une nouvelle discussion dans les prochains jours ? Theresa May a accueilli un texte qui permet "d'aller de l'avant" et évoqué la possibilité de nouvelles discussions "dans les prochains jours" avec l'UE. "Nous restons à Bruxelles et je suis toujours à la disposition de la Première ministre May. C'est mon travail et mon plaisir", a cependant rétorqué le président du Conseil européen Donald Tusk, par conférence de presse interposée, en martelant la ligne européenne, écrite noir sur blanc dans les conclusions adoptées jeudi soir par les 27 : l'accord de divorce ne "peut pas être renégocié". Le président français, Emmanuel Macron, s'est aussi montré ferme lors d'une conférence de presse : "Il y a un accord, le seul et le meilleur accord possible et nous ne pouvons le renégocier. En revanche, nous pouvons clarifier et rassurer", a-t-il dit, estimant qu'il existait "beaucoup d'inquiétudes et de fantasmes" sur ce texte. Les clarifications exigées par Mme May concernent justement le "backstop", cette solution anti-frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, afin d'éviter de mettre en péril les accords de paix sur l'île. Il prévoit la création d'un "territoire douanier unique" englobant l'UE et le Royaume-Uni après la transition post-Brexit. Et n'a vocation à s'appliquer que si les négociations sur les futures relations commerciales ambitieuses que souhaitent établir Londres et les 27 n'aboutissent pas avant la fin de la période de transition le 31 décembre 2020. Mais les "Brexiters" craignent de se retrouver indéfiniment arrimer à l'UE. Pour rassurer les élus britanniques, les 27 ont simplement réaffirmé que le "backstop" n'avait vocation à s'appliquer que "temporairement". Le vote au Parlement britannique doit intervenir avant le 21 janvier. L'absence d'accord suscite les plus vives inquiétudes dans de nombreux secteurs économiques.

Posté par roblaurent à 10:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

La croissance informatique à Londres

Lorsque l'entreprise acquiert un produit ou un service technologique, matériel ou logiciel, elle cherche à améliorer son infrastructure, son activité et son service client. Sachant que ces aspects sont essentiels dans les entreprises, il convient de garder à l'esprit que les implémentations nécessitent toujours l'assistance du personnel chargé de leur fonctionnement et de leur stabilisation. Le service technique n'est pas simplement une assistance de réparation ou d'entretien: c'est l'image de la société; et le technicien est un élément fondamental de cette image, puisque c'est lui qui garantit que la prestation du service est rendue dans les meilleures conditions. Par conséquent, les techniciens qui effectuent ce service doivent bien connaître l'importance de leur travail. Par conséquent, il est nécessaire de comprendre l'importance stratégique de la mise en place d'une société informatique, dans la mesure où cette structure permettra non seulement à la société de maintenir son activité, elle garantira également une croissance stratégique de son activité, en équilibrant les risques informatiques et informatiques. les besoins de l'entreprise. Si vous résidez à Londres, vous saurez évidemment que de nombreuses entreprises fournissent une assistance informatique, mais seules quelques-unes apportent une valeur ajoutée, notamment en ce qui concerne la sécurité de vos serveurs. Voyons ce qui suit pour savoir pourquoi vous auriez besoin d'un support informatique pour votre entreprise londonienne. Le support informatique est une structure qui associe des processus et des ressources informatiques, des informations aux stratégies et aux objectifs de l'entreprise. La société informatique intègre et institutionnalise les meilleures pratiques en matière de planification et d'organisation, d'acquisition et de mise en œuvre, de prestation de services et de support. En outre, il surveille les performances informatiques pour s'assurer que les informations de l'entreprise et les technologies associées répondent aux objectifs définis. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur ce séminaire à Londres qui est très bien rédigé sur ce thème.

Posté par roblaurent à 13:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

La force britannique

J'invite maintenant la Chambre, par la résolution qui se tient en mon nom, à enregistrer son d'approuver les mesures prises et de déclarer sa confiance au nouveau gouvernement. Monsieur le Président, former une administration de cette envergure et de cette complexité est un sérieux impératif. prendre en soi. Mais il faut se rappeler que nous sommes dans la phase préliminaire de l'une des plus grandes batailles de l'histoire; que nous sommes en action à plusieurs reprises en Nor- chemin et en Hollande; que nous devons être préparés en Méditerranée; que l'air la bataille est continue; et que de nombreux préparatifs doivent être faits ici à la maison. Dans cette crise, j'espère pouvoir être gracié si je ne m'adresse pas à la Chambre à aucun moment. longueur aujourd'hui. J'espère qu'aucun de mes amis et collègues, ou d'anciens collègues, qui sont touchés par la reconstruction politique, fera tout son possible pour absence de cérémonie avec laquelle il a fallu agir. Je dirais à la Chambre, comme je l’ai dit à ceux qui ont rejoint le gouvernement, que n'ont rien à offrir que du sang, du travail, des larmes et de la sueur. Nous avons devant nous une épreuve des plus pénibles. Nous avons devant nous beaucoup, beaucoup de longs mois de lutte et de souffrance. Vous demandez, quelle est notre politique? Je dirai que c’est faire la guerre par mer, terre et air, de toutes nos forces et de tout le la force que Dieu peut nous donner; faire la guerre à une tyrannie monstrueuse, jamais sur passé dans le catalogue sombre et lamentable du crime humain. C'est notre politique. Vous demandez, quel est notre objectif? Je peux répondre en un mot: victoire. La victoire à tout prix, victoire malgré toute terreur, victoire, aussi longue et difficile que puisse être la route; pour sans victoire, il n'y a pas de survie. Que cela soit réalisé. Pas de survie pour les Britanniques Empire; pas de survie pour tout ce que l'Empire britannique a représenté; pas de survie pour le l’impulsion des siècles, l’humanité ira de l’avant vers son objectif. Mais je commence ma tâche avec dynamisme et espoir. Je suis sûr que notre cause ne sera pas souffrir pour échouer parmi les hommes. A ce stade, je me sens en droit de réclamer l'aide de tous, et Je dis: «Alors viens, allons de l'avant ensemble avec notre force unie."

Posté par roblaurent à 08:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

La réalité des vins

La disponibilité de l'alcool et des drogues est presque partout. Beaucoup de gens sont tentés de l'essayer en pensant à l'excitation que ces choses peuvent leur fournir. Pour d'autres qui veulent échapper aux réalités défavorables du monde, les drogues et l'alcool servent d'outils pour qu'ils oublient temporairement leurs déceptions, leurs échecs, leurs souffrances et leurs douleurs. Ils ont tendance à croire que l'utilisation de ces choses peut les aider à résoudre leurs problèmes, ce qui est absolument faux. Prendre une classe de sensibilisation aux drogues en ligne peut aider à éduquer et à réhabiliter l'agresseur. Il y a des milliers de drogues utiles aux gens. Les vaccins et les antibiotiques ont révolutionné la guérison et le traitement des infections. Les médicaments ont été spécialement étudiés, étudiés et créés pour ralentir, prévenir et guérir une variété de maladies et de maladies. Ils étaient destinés à aider les gens à vivre des vies plus saines et plus heureuses. Mais tous les médicaments ne sont pas bons pour la santé. Beaucoup d'entre eux sont illégaux et nuisibles, que de nombreuses personnes prennent un bon moment et les aident à se sentir bien. L'alcool n'est pas différent. Bien qu'il existe des études scientifiques qui montrent que, par exemple, une petite quantité de vin rouge peut être bénéfique pour le corps, beaucoup de gens qui boivent ne savent pas que la modération existe. Une consommation excessive d'alcool et de drogues est préjudiciable à la santé. La dépendance à l'alcool peut amener les gens à avoir des maladies chroniques comme l'inflammation du pancréas (pancréas); dommages aux cellules du foie (cirrhose du foie); différents cancers comme le foie, la gorge, la bouche, le larynx et le cancer de l'œsophage. Une consommation excessive d'alcool peut également provoquer des troubles psychologiques et une pression artérielle élevée. Cela peut également entraîner des incidents de blessures involontaires comme les chutes, les brûlures, les noyades, ainsi que les accidents de la circulation automobile. Enfin, l'alcool peut entraîner la violence familiale, la maltraitance des enfants, les homicides et même le suicide. Pour les femmes, cela peut nuire au fœtus en développement s'ils boivent pendant la grossesse. Les médicaments nocifs sont également dangereux. Ils peuvent avoir des effets à long terme et sérieux sur le corps. Ils peuvent causer des problèmes de santé immédiats et mortels comme la crise cardiaque, l'échec des voies respiratoires et même la comate. Les tranquillisants et les barbituriques sont certains des médicaments les plus souvent maltraités sous prescription. Ils peuvent entraîner des nausées, des convulsions et peuvent causer des gueules de gueule de bois et des panneaux semblables. D'autre part, la cocaïne peut entraîner des psychoses et des tremblements alors que le LSD peut provoquer une dépression, des nausées, une fréquence cardiaque rapide et une désorientation. Le hachis et la marijuana peuvent causer une altération de la mémoire et une fréquence cardiaque rapide dès leur utilisation. Ces médicaments peuvent entraîner des dommages aux poumons, un système immunitaire affaibli, une infertilité et des problèmes cognitifs. Un étudiant peut prendre en ligne 12 heures de cours de drogues alcooliques ou 52 heures, en fonction de la profondeur de l'information et la quantité de temps à apporter. Boire de l'alcool en utilisant n'importe quel type de drogue peut être mortel. Pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus de la façon dont ces choses peuvent ruiner leur vie, il n'est pas trop tard pour reconnaître les erreurs et recommencer. Cela pourrait être difficile au début et il peut être difficile de demander de l'aide, mais tant qu'ils sont équipés de la bonne attitude, ils peuvent certainement dépasser ce moment très difficile de leur vie. La vie est trop courte et c'est le bon moment pour arrêter l'alcool et la toxicomanie. Les cours de drogues et d'alcool en ligne offrent un environnement privé et sécurisé aux toxicomanes à réhabiliter. Un individu se met en ligne et peut trouver une classe d'alcool et de drogue en Californie en ligne, en Alaska, au Vermont ou dans l'un des 50 États! Encore plus d'information sur ce cours d'oenologie à Strasbourg en surfant sur le site web de l'organisateur.

vin (20)

Posté par roblaurent à 08:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]